Quelle est la composition du vrai savon de Marseille

La composition du vrai savon de Marseille

Héritier direct du savon d’Alep, le savon ancestral de Marseille reste aujourd’hui très utilisé pour la lessive, pour les cheveux, etc. Avec ses nombreux avantages sur la santé, l’écologie, et son coût, on peut dire qu’il dispose de toutes les qualités pour plaire. Dans un monde où 95 % des savons présumés de Marseille ne demeurent que des contrefaçons, ces quelques informations pourront vous aider à distinguer le vrai du faux.

Un savon 100 % végétal

Mis en œuvre depuis le Moyen Âge, le vrai savon de Marseille reprend les ingrédients originels employés par les fabricants d’Alep. En d’autres termes, il se constitue au minimum de 72 % de matières actives produites à partir de graisses exclusivement végétales et non animales. En effet, l’utilisation du suif abîme à la fois la peau et le linge. Si vous remarquez sa mention (tallowate de sodium pour le bœuf, lardate de sodium pour le porc) sur l’étiquette, méfiez-vous-en. Depuis l’édit de Colbert en 1688, la composition du savon reste strictement limitée à l’huile d’olive, mais avec le temps, la situation a changé. Dorénavant, d’autres huiles végétales font également l’affaire. Comme vous pouvez le voir sur ce site, de nombreux savons de Marseille comportent désormais de l’huile de coco, de coprah ou encore de palme… Quelquefois, certains savons peuvent même se constituer d’un mélange entre ces différentes huiles. En outre, l’utilisation de parfums, de colorant ou de tout additifs, naturels ou chimiques reste écartée lors de la fabrication du savon. Éventuellement, la graisse végétale peut s’accompagner de traces de sel, de soude caustique. Quant à l’eau, elle ne peut excéder les 28 % pour garantir une utilisation plus longue dudit savon.

Comment reconnaître le véritable savon de Marseille ?

Outre ces ingrédients, d’autres éléments vous permettront de différencier un authentique et une copie fallacieuse. Selon une charte de l’Union des Professionnels du Savon de Marseille, le fabricant de savon doit d’abord se situer dans le département des Bouches-du-Rhône. Il doit également être estampillé soit de sa composition (72 % d’huile ou pur végétal), son poids, sa marque ou son nom. En addition, la couleur permet également l’identification d’un authentique savon de Marseille. En ce sens, il ne peut présenter que trois couleurs : verte pour ceux à l’huile d’olive, blanc ou beige pour ceux à l’huile de coco ou de palme. Il ne peut jamais être produit en rose, bleu, jaune, etc. Concernant leur apparence, elle ne peut se présenter qu’en morceaux de différentes tailles de formes géométriques classiques. Cela concerne le cube, la forme ovale et bien d’autres encore. En d’autres termes, les aspects du type animal, boules, personnages, etc. restent exclus. Enfin, les vrais savons de Marseille suivent les 5 étapes du procédé de production également appelé « procédé marseillais ». D’abord, ils passent par l’empâtage, puis le relargage, la cuisson, le lavage, et enfin la liquidation.

Où s’en procurer un authentique ?

Même si c’est difficile, acheter un bon savon de Marseille reste tout à fait possible. En effet, quelques savonneries se sont regroupées au sein de l’UPSM pour créer le label « Savon de Marseille, origine garantie ». Si vous souhaitez vous procurer un savon, des copeaux ou paillettes de savon, les différentes savonneries dudit label vous satisferont avec leur large palette de choix. C’est entre autres le cas de la Savonnerie du Midi, Marius Fabre, Fer à Cheval, etc. La plupart de ces fabricants disposent également de sites internet pour ceux qui manquent de temps. En résumé, éviter les autres produits industriels et pseudo-artisanaux ou les savons sans marque très présents actuellement sur le marché s’avère plus judicieux. Cela pourrait vous priver des différents avantages susmentionnés.